Sommet du G8, un quorum paire par des pairs

Sommet du G8, un quorum paire par des pairs. Par Dan Albertini

Sommet du G8, un pouvoir octogonal
Le patrimoine Noire Africain est devenu, mieux, a été transformé en un lourd  fardeau pour le sommet du G8. C’est par la faute des anciens colonisateurs (dont au moins 50% d’entre eux en sont) qui ont profité honteusement de leurs armes pour asservir ce continent, rendant débonnaires aujourd’hui, plus de 600 millions d’habitants. L’attitude du Canada en faveur de la normalisation des relations économiques avec l’Afrique a carrément été boudée par les États Unis d’Amérique qui ne voient aucun intérêt à un développement de l’Afrique Noire. Cela se comprend, car l’instinct de domination est trop fort chez ces prédateurs de démocratie populaire qui ne tiennent compte que de leurs intérêts. L’Afrique Noire ne présente donc en ce sens, aucune attraction d’une part, par la faute de la majorité des chefs d’état qui de part leur appétit personnel ne respectent pas la vie humaine, offrant aux prédateurs l’opportunité de piller et d’accuser ces peuples de sauvages et d’autre part, pour le risque qu’elle représente de part ses ressources naturelles, de constituer une balance de pouvoir contre l’impérialiste puisqu’elle deviendrait autosuffisante. Cela ne répond pas à la logique de l’impérialiste qui est foncièrement raciste. À cause de la pauvreté, les Africains sont taxés de paresseux et de bornés.


Pendant ce temps, il faut dire que le marché asiatique est particulièrement attractif de part son dynamisme et surtout de part une croyance très répandue voulant que les Chinois qui forment la majorité sont des êtres supers doués. C’est un pôle d’attraction favorite des USA qui n’ont pas honte de jouer sur un passé de délivré de la France pour faire taire les contestations de son leadership la veille même du jour du souvenir. Pourtant, souvenirs si on en a et même récent, c’est bien le passé esclavagiste des USA: no Black, no dog!

En politique africaine, le taux d’invendues des idées de Jean Chrétien et de certains leaders progressistes de l’Afrique noire, est trop élevé pour permettre de croire à une ouverture économique favorable venant de ce pouvoir octogonal dont le chef de file, dépassant largement les autres ou carrément dominant même, ne croie à aucune vertu de ce continent décharné et par ricochet tous les pays majoritairement d’origine africaine dont l’historique Haïti la plus pauvre de son hémisphère. Donc par voie de conséquence, cela nous porte à dire que l’Afrique Noire devra se réveiller de ses propres moyens, profitant de l’étalage du peuple noire pour émanciper son internationalisation, créant ainsi plus d’incitants dans le but d’attirer ses enfants perdus qui peuvent se transformer une ressource naturelle encore plus active: le tourisme, un indice  et un facteur de développement économique et social. L’Afrique devra donc refaire ses devoirs car le Panafricanisme actuel n’est que coquille vide et blasée qui n’offre qu’une image de désolation, de désespoir et des cadavres.

En conclusion, nous pouvons dire sans risquer de nous tromper,  que malgré les apparences, le risque de départage des votes n’en est plus un dans cette paire octogonale de partenaires qui sont forcément des pairs eux mêmes dans la nouvelle tradition Nord Américaine, le Quorum étant le poids de l’aigle.PAMH/27-06-02

archives Journal PAMH sur Réseau HEM Archives : http://reseauhem-archives.xyz/sommet_du_g8_un_quorum_paire__par.htm

print